Hanna – Laurence Peyrin

Voici la suite de la drôle de vie de Zelda Zonk, qui m’avait bien plu, je ne voulais pas attendre trop longtemps avant de la lire et perdre le fil de l’histoire. J’ai retrouvé le personnage d’Hanna avec plaisir, même si je ne comprends pas bien son obsession avec Maryline Monroe, autant c’était amusant dans le premier tome mais dans celui-ci je trouve ça un peu lourd. L’histoire de Zelda n’avait pas besoin de ça pour donner du sens à la vie d’Hanna. Mais j’ai aimé connaître le fin mot de l’histoire d’amour entre elle et Mickael.

Suffirait-il de partir pour tout oublier ? En tout cas, c’est ce qu’a voulu croire Hanna. Pour effacer le souvenir de son amant, la jeune femme a quitté l’Irlande et a ouvert à New York une librairie, Pemberley, un endroit chaleureux où l’on vient piocher un bon livre et rester des heures à grignoter les meilleures pâtisseries de Manhattan.
Au milieu de cette nouvelle vie il y a la petite Eleanor, 6 mois, qui, bien malgré elle, complique tout… et rend l’oubli impossible.
Hanna l’ignore encore, mais elle n’est pas la seule à avoir enfoui un secret trop grand pour elle. Bientôt, elle va découvrir que ses proches ont tous quelque chose à lui cacher : son mari, sa sœur, et même la mystérieuse Zelda Zonk depuis l’au-delà !
Que se passera-t-il pour Hanna lorsqu’un tout petit événement, presque anodin, fera éclater la vérité ?

la drôle de vie de zelda zonk – Laurence Peyrin

J’ai été captivée par l’histoire d’Hanna, qui se demande si sa vie a un sens après avoir frôlé la mort dans un accident. Les personnages sont touchants notamment Zelda. Un livre sensible et très juste.

Foutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant… Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?