Né sous une bonne étoile – Aurélie Valognes

J’aime beaucoup la plume et la sensibilité d’Aurélie Valognes, vraiment. Et c’est pour cela que je n’ai pas abandonné cette lecture et qu’après l’avoir commencé puis mis de coté quelques jours, je l’ai reprise. Je crois que je suis trop sensible. J’étais vraiment malheureuse pour ce petit Gustave, et un peu déprimée par ce roman. Mais heureusement, on y retrouve aussi de l’humour et de l’amour.

A l’école, il y a les bons élèves… et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la salle, cet éternel rêveur scrute les oiseaux dans la cour ou les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Il aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, mais ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. II passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à Joséphine, sa grande sœur pimbêche et première de classe, cela ne rentre pas.
Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté…

au petit bonheur la chance ! – Aurélie Valognes

Une jolie histoire entre deux générations, qui ont du mal à se comprendre, mais qui s’aiment profondément. C’est plein de tendresse, de délicatesse, d’humour. Et comme je suis une grande sensible, il y a eu un trop plein d’émotions qui a débordé 😉

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d’amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s’aimer.

Mémé dans les orties – Aurélie Valognes

Une jolie histoire pleine d’humour et de tendresse. Pour avoir travaillé au domicile de personnes âgées, je me représente tout à fait les personnages. La lecture est très agréable, j’ai vraiment passé un bon moment.

Ferdinand Brun est atypique. 
Le genre de vieux monsieur qui boude la vie et s’ennuie à (ne pas) mourir. 
Tel un parasite, il occupe ses journées en planifiant les pires coups possibles qui pourraient nuire et agacer son voisinage. 
Il suffit d’un nœud qui se relâche et laisse partir son seul compagnon de vie, Daisy sa
chienne, pour que tout s’écroule. Quand Juliette, une fillette de dix ans, et Béatrice, la plus geek des grands-mères, forcent littéralement sa porte pour entrer dans sa vie, Ferdinand va être contraint de se métamorphoser et de sortir de sa chrysalide, découvrant qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à vivre…